Méditer à la maison : Thème n° 2 : Le refuge

Boudhha
Carte du Bouddha Shakyamouni entouré des dix-sept Pandits (PDF téléchargeable en participation libre)

Cher toutes et tous,

Merci pour l’accueil que vous avez réservé à notre article “Méditer à la maison” et vos retours positifs !

Nous allons donc continuer à faire paraître chaque semaine de nouvelles ressources pour vous accompagner dans vos pratiques quotidiennes.

Nous vous proposons, cette semaine, le thème du refuge.

Le refuge peut parfois nous sembler un thème “facile”. On peut aisément penser : “Oh, mais je connais déjà ce sujet, j’ai pris refuge il y a longtemps…”

Mais qu’en est-il dans notre vie quotidienne ? Nous tournons-nous réellement et du fond du cœur vers les objets de refuge : le Bouddha, le Dharma et la Sangha quand nous rencontrons des difficultés et cherchons une forme de protection ?

Nous vous invitons à consulter, cette semaine, plusieurs ressources nous permettant de réfléchir au refuge et d’approfondir la confiance que nous avons en les Trois Rares et Sublimes.

En vous souhaitant de bonnes pratiques et avec tous nos vœux de bonne santé, pour vous et vos proches.

Toute l’équipe des Éditions Mahayana

 


Prières de refuge

Lama Zopa Rinpoché récite la prise de refuge en sanskrit (3 fois) :

Namo Gouroubhya (Je prends refuge dans le maître)

Namo Bouddhaya (Je prends refuge dans le Bouddha)

Namo Dharmaya (Je prends refuge dans le Dharma)

Namo Sanghaya (Je prends refuge dans la Sangha)

Récitation de la prise de refuge en français (3 fois) :

En le Bouddha, le Dharma et la Sangha,
Jusqu’à l’éveil je prends refuge.
Grâce aux deux accumulations réunies par la pratique de la générosité et des autres perfections,
Puissé-je devenir un Bouddha afin d’être bénéfique à tous les êtres.


Prière auspicieuse des Trois Rares et Sublimes

Lama Zopa Rinpoché récite une prière auspicieuse relative aux Trois Rares et Sublimes :

Colophon : Extrait du livre audio Récitations pour apaiser la douleur.


Vidéo sur le refuge

Vidéo extrait du programme Découverte du bouddhisme, de 26 minutes, sur le refuge :


Prière de Saint François d’Assise

Avec les ajouts, entre crochets, de Lama Zopa Rinpoché :

Seigneur [Bouddha], faites de moi un instrument de votre paix.

Là où il y a la haine, faites que je sème l’amour.
Là où il y a l’offense, que je sème le pardon.
Là où il y a la discorde, que je sème l’union.
Là où il y a le doute, que je sème la foi.
Là où il y a l’erreur, que je sème la vérité.
Là où il y a le désespoir, que je sème l’espérance.
Là où il y a la tristesse, que je sème la joie.
Là où il y a les ténèbres, que je sème la lumière.
Ô Maître divin,
Faites que je ne cherche pas tant
À être consolé [bonheur pour l’ego] qu’à consoler ;
À être compris qu’à comprendre ;
À être aimé qu’à aimer.
C’est en donnant que l’on reçoit ;
C’est en pardonnant que l’on est pardonné ;
C’est en mourant [ayant pratiqué] que l’on renaît à la vie éternelle [de bonheur en bonheur jusqu’au plein éveil].

Colophon : Extrait de Prendre refuge en les Trois Rares et Sublimes, livret de pratique, ebook


Enseignements liés à la prise de refuge

Ce qu’il convient d’éviter

  1. Quand on a pris refuge en le Bouddha, on doit éviter de prendre refuge du fond du cœur en des déités mondaines, telles que Brahma et autres, et ne pas se prosterner devant elles. De même, on ne doit pas donner toute sa confiance à des amis non vertueux ou à des maîtres dispensant des enseignements non bouddhiques dénués de tout fondement.
  2. Quand on a pris refuge en le Dharma, on doit éviter de nuire à quiconque, soit par une action directe, soit indirectement par l’intermédiaire d’autrui.
  3. Quand on a pris refuge en la Sangha, on doit éviter d’accorder sa confiance à des amis négatifs et à des hédonistes, et éviter de les fréquenter.

Ce qu’il convient de pratiquer

  1. Quand on a pris refuge en le Bouddha, l’esprit empreint de respect à l’égard de ceux partis en béatitude (les bouddhas), il faut considérer même les statues comme étant de véritables bouddhas, se prosterner devant elles et leur témoigner du respect. On doit éviter de manquer de respect envers les statues des bouddhas, par exemple les placer à même le sol, les juger en fonction de leur valeur matérielle ou encore avoir des préférences, estimant que certaines sont belles et d’autres non.
  2. Quand on a pris refuge en le Dharma, on doit lui rendre hommage, lui témoigner du respect et reconnaître tous les textes sacrés, même une seule syllabe des enseignements, comme étant le véritable Dharma, rare et sublime. Il ne faut pas placer les textes à même le sol, les considérer comme des objets matériels ou les mettre en gage, ou encore les transporter dans le même bagage que nos chaussures.
  3. Quand on a pris refuge en la Sangha, on doit considérer même un seul membre de la Sangha comme étant la Sangha véritable. On doit éviter de faire des distinctions entre les différents membres de la communauté mais témoigner un respect égal envers tous. On doit s’efforcer de mettre en application tous les conseils concernant ce qu’il convient de pratiquer, par exemple ne pas marcher sur des parties de robes monastiques ni les jeter dans des endroits sales, mais au contraire les placer dans des endroits propres.

Colophon : Extrait de Prendre refuge en les Trois Rares et Sublimes, livret de pratique, ebook


Pratique de pleine conscience de la bodhicitta : le feu

Lama Zopa Rinpoché nous recommande des pratiques de pleine conscience de la bodhicitta, qui nous permettent de maintenir l’esprit centré en permanence sur la bodhicitta tout en vaquant à nos occupations quotidiennes.

Nous vous proposons cette semaine la pratique liée au feu que nous pouvons faire quand on prépare à manger, sur une plaque de cuisson ou dans un four :

Quand vous faites un feu,

pensez : “Je brûle les émotions perturbatrices de tous les êtres dans le feu de la sagesse transcendante.”

Quand vous êtes en train de préparer une soupe ou de faire cuire de la nourriture dans une casserole, vous pouvez penser que le feu est la sagesse qui réalise la vacuité, que la nourriture qui n’est pas encore cuisinée est l’esprit indiscipliné,et, qu’en faisant cuire la nourriture, toutes les émotions perturbatrices grossières, et même les plus subtiles, sont purifiées et toutes les réalisations de la bouddhéité atteintes.

Si vous avez reçu une initiation du tantra le plus élevé, vous pouvez utiliser la même méditation que celle utilisée pour la bénédiction de l’offrande interne.

Puis, quand la nourriture est prête – comme elle est déjà bénie, il n’y a aucune raison de la bénir de nouveau –, vous n’avez plus qu’à la manger. Sinon, vous pouvez imaginer que le feu est le feu de toumo des six yogas qui fait fondre la kundalini. »

Colophon : Extrait de La bodhisattva attitude de Lama Zopa Rinpoché, disponible en ebook.


Pour aller plus loin sur ce thème :


Retrouver tous les thèmes de “Méditer à la maison”

 

Vén. Détchèn

Directrice des Éditions Mahayana

Laisser un commentaire

×
×

Panier